Charlotte nous livre ses impressions

Une année entière loin de ses proches et de ses amis, Charlotte a « tenu le coup » au pole espoir de Fontainebleau pour réussir son année scolaire et démontrer sa valeur athlétique.

Elle nous fait, dans ces quelques lignes un bilan de son année.

IMG_0413

Je viens de finir ma 1ère année à la section sportive du lycée Couperin de Fontainebleau.

Cette année, a été parfois difficile. Les cours se terminent en général à 16h00 ou 17h00 et nous avons que 20 minutes pour nous changer pour l’entrainement.

L’entrainement dure 2h00 tous les soir sauf  le Jeudi.

De nouveau, 15 à 20 minutes pour manger et se doucher puis étude jusqu’à 22h00.

J’ai tenu le rythme et mon année scolaire se termine bien car je passe en 1ère.

Mon année d’athlétisme est au-delà de mes espérances.

IMG_5717

J’ai découvert le 2000m steeple et j’aime beaucoup cette discipline. Fin juin, je participerai à un meeting qualificatif pour les « mondes » de steeple. Les minimas sont à 6’50 et pour le moment j’en suis à 7’50 mais je progresse énormément de course en course et donc je suis ravie d’y aller.

Le 19 juillet, je participerai au France « jeune » à Dijon ou j’y ferai le steeple.

IMG_2802

A part les conditions météo en région parisienne, je suis très contente d’avoir intégrée le pôle espoir de Fontainebleau et malgré l’éloignement, je pense bien à vous.

Bises à vous. Charlotte

 

Les tribulations de Félix aux States en 3 épisodes.

Notre ami Félix est parti pour quelques semaines rejoindre sa fille qui habite en Californie.

Régulièrement, il nous fera découvrir quelques aspects avec photos à l’appui de cet état américain qui nous fait rêver.

Lundi 3 juin

Un premier Bonjour de Californie,

Après s’être remis du décalage horaire, un petit footing, le matin a la fraiche avec ma fille Céline.

Mais a 6h30 lorsque l’on part il fait déjà 23 degrés.

vous avez une petite vue du désert de Mojave avec sa végétation assez rare qui pousse quand même dans le sable,

et surtout les arbres de Josué endémiques de la région.

En arrière plan des champs d’éoliennes. Chez nous elles se comptent en unités. Ici c’est par centaines.

Dans le ciel, habituellement bleu, ce ne sont pas des nuages, mais la fumée de l’incendie qui ravage des collines

situées entre Los Angeles et la ville de Mojave ou je réside.

Amitiés a tous.

P1060206

Samedi 15 Juin

Bonjour,
De la Californie a l’Arizona :
Il fait trop chaud dans le désert de Mojave (40°) et un petit tour en altitude devrait nous rafraîchir un peu.
On part dans l’Arizona en direction du Grand Canyon, sur les routes du sud-ouest américain.
Nous empruntons quelques miles de la mythique route 66 avec son folklore!
Après une journée de voiture nous arrivons enfin au Grand Canyon.
La vue est à couper le souffle, ce que ne rendent jamais les photos!
Imaginez que le haut plateau de la rive sud ou l’on se situe est à 2 200 m d’altitude.
Le fleuve Colorado, que l’on a du mal à apercevoir, coule 1 500 m plus bas.
L’autre rive est en moyenne à 15-20 km et lorsqu’on à une vue du canyon en enfilade,
c’est 40 ou 50 km sur lesquels le regard se porte. La légende de l’ouest aux paysages gigantesque n’est pas surfaite.
Cerise sur le gâteau, dans les restos, on mange bien et pour moins cher que dans le Var.
Je suis allé faire un petit footing le matin mais ce n’était pas évident à cause de l’altitude!
Amitiés à tous
Félix (qui se prononce ici « Filex »)

P1060218P1060230

P1060235P1060242P1060268P1060325

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Jeudi 20 Juin

Bonjour de Los Angeles.

La cite des anges est très vaste elle compte 18 millions d’habitants.

Bien entendu je me suis limite aux quartiers touristiques et a certaines plages.

Hollywood est incontournable avec Hollywood boulevard sur lequel on peut voir le théâtre égyptien (vu par les américains) et le Kodak theater dans lequel sont décernés les Oscars.

Sur le trottoir les étoiles gravées au nom des célébrités du spectacle attirent le regard et il faut faire attention a ceux qui avancent en lisant les noms devant leurs pieds.

Une rue parallèle, le sunset  boulevard, surtout dans sa partie des collines de Beverly, abrite les villas desdites stars et le quartier est très huppéP1060345.P1060391P1060348

Los Angeles a un front de mer immense avec des plages très larges. Les plus prisées sont celles de Santa Monica et de Venice qui se touchent et que vous avez en photo.

La promenade sur le bord de mer a Venice comporte de nombreux marchands de toute sorte elle est doublée d’une piste cyclable sur laquelle a la fin du siècle dernier patinaient essentiellement des rollers. Aujourd’hui ce sont surtout des vélos. Comme on a de la place sur le sable on ne se bouscule pas. Mais l’océan pacifique est assez froid le long de ces cotes (16-17 degrés) et peu de  gens se baignent, moi j’y ai juste trempe les pieds.

Vivement la méditerranée pour que je prenne un bon bain.

A bientôt, car la fin des vacances approche pour moi.

Amitiés a tous

Félix

P1060366P1060371P1060383P1060389P1060403P1060418P1060400P1060415P1060407

Les pieds dans l’eau…

Notre Charlotte bellifontaine (habitant de Fontainebleau) a décidé de ressentir encore plus l’humidité ambiante en s’essayant au steeple. Lors d’un meeting à Saint Maur, elle a disputé son premier 2000m steeple en réalisant un joli chrono de 7’31. Pour une première expérience, voilà de nouvelles sensations qui pourraient donner des idées à notre cadette.

Cette discipline, encore peu représentée au plus haut niveau demande de l’endurance, de la tactique, une parfaite gestuelle pour le franchissement des barrières et de la rivière et de l’engagement.

Souhaitons lui d’y trouver du plaisir et des résultats.

Charlotte en pleine action.

IMG_3098

 

Pendant ce temps, Eric avait lui aussi les pieds dans l’eau et des températures peu clémente lors du Semi des Sables d’Olonne ( Vendée ). A cette occasion, il établissait sa meilleure marque sur cette distance en 1h36′.

Encore quelques entrainements pour passer sous la barre des 1h30′.

SEMI DES OLONNES 2013

Petit passage par LA GARDE

Fred a pris la plume, pour commenter notre participation au 10 km de La Garde le dimanche 28 avril.

Dimanche 28 avril 2013,  10 kilomètres traditionnel et annuel de nos voisins de l’A.J.S La Garde. Comme l’année dernière,  le club nous offre les dossards pour nous remercier de l’investissement pour l’organisation du semi du club. Nous sommes 14 à répondre à l’offre.

Rendez-vous sur le parking du stade Accusano. C’est agréable une compétition où l’on ne galère pas trois plombes pour trouver une place de parking, c’est pareil pour le semi chez nous à Hyères d’ailleurs. Nous nous retrouvons tous près de la voiture de Patrick. Le mari de Laure, les copains de boulot de Fred sont là, ça fait du monde.

Tous ? Non ! Nathalie et Philippe ne sont pas arrivés. Déjà que Philippe n’est pas du matin et encore moins le dimanche, là il pensait que le départ était à 9H30. Philippe, si tu nous entends, mets le réveil  à l’heure à Amsterdam. Bon, il a oublié le réveil mais pas de se réveiller, il va taper son record de 1’30. Yannick, le coach est parmi l’équipe, malgré ses problèmes physiques et son manque de préparation il à l’humilité d’affronter son premier 10 en plus de 40’. Allez Yannick le prochain sera en V4. David en convalescence est venu à vélo, nous le retrouverons plusieurs fois sur le parcours. Pour terminer le tour de l’infirmerie, sans parler des absents (Claude était sur le podium l’année dernière) ; Odile vient nous encourager (elle sera bientôt aussi avec nous). Elle apprécie la course d’équipe au KM 2, comme d’ailleurs  David au KM 3. Pendant qu’Adrien et Charlotte caracolent en tête, Fred fait le lièvre pour Carine, Philippe s’accroche, Daniel suit. Yannick et Marc ne sont pas loin. Un peu après Patrick et Rolland devancent le groupe des autres filles : Céline, Nathalie, Laure et Sylvie.

Devant, au milieu, derrière, l’OSH est  présent  sur tous les fronts.
Au KM 5, Carine et Daniel décrochent, Yannick et Marc rejoignent Fred. Mais Yannick est un peu à court. Fred se détache et rattrape Nathalie Guichoux qui vise les 42’30.  Marc revient au KM9, sprint. Avantage Fred. Au final, Podium pour Adrien, en dépit d’un manque d’entrainement ces deux dernières semaines, Charlotte 3ème au scratch malgré ses ennuis de cheville, et  bientôt sur le stade ? Carine deuxième marche sur la boite  en V1. Philippe super content. Daniel satisfait d’avoir fait mieux que l’année précédente. Patrick objectif atteint. Rolland juste derrière, maïs devant la bande des 4 : Céline, Nat, Laure, Sylvie.  Yannick : les tendons, les muscles ont tenu. Il nous fait une « Arsène Winger ».  En signalant aux  organisateurs qu’ils oublient le DUC et nous classent 2ème par équipe, nous ne sommes en fait que 3ème, devant la Seyne. C’est le podium quand même. Félicitation à notre entraineur pour sa sportivité et bravo au club ! A bientôt pour de nouvelles aventures.

Pour voir les photos, rendez-vous dans la rubrique « PHOTOS ».

LA P.P.G. DEVRAIT VOUS TENTER…

photo

Brune, blonde elles sont assidues aux séances de P.P.G. du vendredi soir. Alors pourquoi ne pas les rejoindre pour être encore plus nombreux. Vous devez encore ignorer les bienfaits de la Préparation Physique Généralisées. Pourtant, c’est un bon moyen de se renforcer musculairement et de « gommer » les quelques défauts de votre foulée.

Nous vous attendons donc nombreux pour les prochaines séances.

Fred nous raconte son Paris

Il y a encore quelques semaines, Fred se posait beaucoup de questions sur sa participation au marathon de Paris. La persévérance, l’envie, le dépassement de soi auront été ses moteurs pour y parvenir.

Laissons le nous raconter son pari.

« A nous deux Paris » disait Rastignac. Pour l’O.S.H c’est plutôt « A nous quatre » comme disait Lindsay Loane, puisque Sébastien, Marc et moi représentons le club sur le marathon de la capitale. Chacun arrivant séparément.

J’arrive le Jeudi soir dans le studio qu’occupe ma Fille Aurore à Montmartre, Natalie qui me supporte  arrive demain après le boulot. Dès le vendredi matin, je suis Porte de Versailles à l’ouverture du Running expo pour prendre mon dossard. Affaire vite pliée, ça y est je suis dans ma course. Petit tour et emplettes dans le salon, il fait froid je m’achète des gants, sinon c’est le gros bazar commercial. L’après- midi petite reconnaissance des Champs Elysées puis repos au studio. Le soir petit resto sympa avec Aurore et Natalie. Ce n’est pas le régime crétois ou finlandais, mais on est en France et un saucisson de Morgon cuit au vin ça fait penser au marathon du Beaujolais, donc à Félix, donc à New York. Pour les sucres lents, ce sera purée maison.

Le samedi matin au réveil, petit footing rituel de cinq kilomètres, soit cinq tours exactement du parc Monceau où j’avais couru dans la neige un week-end de janvier, c’était féérique. L’allure est bonne, les pulsations sont basses, je n’ai jamais fait mieux avant aucun de mes quatre marathons précédents mais ne nous enflammons pas. L’après-midi visite d’une expo temporaire au musée d’art moderne, puis apéro (sans alcool) avec un pote qui habite Montmartre et avec qui j’avais je m’étais entrainé par -7° le premier jour de l’année dans la neige du Vercors. A Paris aussi il fait froid, Marc m’écrit « être arrivé à Moscou ».

Dimanche: jour J , Réveil 5h30. Il fait froid. Départ de Pigalle où les derniers noctambules éméchés croisent les sportifs emmitouflés. Je retrouve Marco aux vestiaires. Le soleil brille, pas de vent. J’ai toujours beaucoup de chance pour mes marathons, Nice-Cannes, Marseille, normal, mais Lille, Paris c’est aussi la Côte d’Azur. Quand nous arrivons sur les Champs Elysées beaucoup d’émotion, l’arc de triomphe derrière, l’obélisque devant, et nous au milieu du boulevard déserté par les véhicules, y’a que les manifs et les marathons pour autoriser ça. Là c’est déjà grandiose, alors quand la musique s’y met , c’est frissons garantis. Et même les yeux un peux humides. Téléphone, Queen , Supertramp , pas mal la playlist! 50 000 inscrits ça fait du monde et malgré la contre plongée en se retournant vers l’arc on ne voit pas la fin des coureurs. Devant: l’élite, les préférentiels, les rouges (3 heures); moi je suis jaune, sas 3h15. Marc le sas d’après.

Ca y est. C’est le coup de pétard. Mais, que c’est long d’attendre. Les kenyans sont partis depuis 4′ et nous sommes alors seulement autorisés à nous avancer vers l’arche gonflable. Top chrono, c’est parti pour moi. Contrôle, contrôle. Malgré tout le premier kil est un peu rapide, mais le cœur est calme. Il s’emballera un peu les quatre suivant mais je l’avais noté aussi à Lille, ensuite les pulsations se stabilisent. Mon allure aussi. Je laisse partir devant l’oriflamme des 3h15, normal je pars sur du 3h18, 3h20. Au 10 je suis en 46′ environ. Peu de temps après je lève la tête, je vois un éléphant. « Fred arrête le dopage! » Je réalise que c’est le zoo de Vincennes. La boucle dans le bois est un plaisir, avec d’un coup la masse du château sur la gauche. Je suis très bien et je me rends compte que je remonte sur le meneur d’allure Jaune. « Vas-y  progressif, régulièrement, ne le reprends pas avant le semi et après tu vois ».  Aux ravitaillements ça crépite, qu’est-ce que c’est? : On est tellement nombreux que les capsules jetées au sol font un bruit de grêle. Au dix-sept ça se resserre, vigilance à droite, à gauche, devant. On se croirait dans la fin de l’Alpe d’Huez au cours d’une étape du tour. Les coureurs s’agglutinent autour du meneur d’allure, des haies de spectateurs encouragent. Je suis bien. Je voudrais passer. J’ai des difficultés. Enfin juste avant le semi c’est bon je suis devant. Le meneur annonce: « 1H36, comme je vous l’avais dit nous avons 1’30 d’avance, on va passer à une allure plus calme ». J’ai l’impression d’être encore en footing, il est donc le moment que j’accélère. Plus personne ne m’a doublé depuis 3 bornes, plus personne ne me doublera jusqu’à l’arrivée. De fait allant plus vite, c’est dur d’aller droit, il faut parfois slalomer entre les coureurs. 4’11, 4’16, 4’23 au Kil, j’en fais même un en 4’04. « Calme-toi ».On arrive au 28. Tunnel du pont de L’Alma, Michel Imbert est là. « Allez Fred ». J’ai le temps de glisser « je suis super bien ». Un peu plus loin, mon neveu par alliance (son oncle Jean Pierre Eudier a été champion de France en 1976). Puis Natalie, Aurore, ravitaillement illicite (on n’est pas aux jeux quand même!). Plus que 12, Plus que 10. Au 35 ça devient un peu dur, la ligne droite du bois de Boulogne est longue, longue! Mais je continue. Au 37, douleur à la cuisse droite, du  côté de ma phlébite, fatigue. N’accélère pas, faut pas que ça pète. Tout le monde est dans le dur. 40, je calcule « si tu continues tu peux passer sous les 3h14 officiel. Allez. Tu vas aller chercher les points ». 41. C’est toujours bon. 42 la rampe de chrono s’affiche: 3H13′. 200 mètres tu peux le faire. Je sprinte les yeux rivés sur les gros chiffres, « allez pour le club, pour toi jusqu’au bout ». Je passe la ligne. Chaud: 3h 13’51, temps officiel, à 93 prés sous les 3h14. 3h08’30 à ma montre. Négative split total 1H36+ 1H32’30 Je n’y crois pas! Je suis fou de joie, prêt à remercier la terre entière, Yannick,  Mobalpa, Géant casino, Maddy mon compagnon du dimanche, c’est les césars. Je reste un peu seul, et vais m’habiller avec difficultés devant le vestiaire de Marc que j’attendrais en vain. Ca ne s’est pas bien passé pour lui. On ne se verra pas. Je dois rejoindre Natalie et Aurore.

Paris c’est fini comme ne le disait pas Hervé Villard. A nous deux New York comme ne le disais pas non plus Rastignac. Je n’ose dire à quoi je rêve. Mais c’est facile à deviner….

fred

Charlotte toujours au top

Les nouvelles de notre « petite » Charlotte sont bonnes.

Expatriée à Fontainebleau en région parisienne depuis la rentrée scolaire, celle-ci semble s’être bien adaptée au rythme soutenu du pôle espoir demi-fond.

Outre le dépaysement (passer de la Côte-d’Azur à la forêt bellifontaine), le choc climatique ( du soleil à l’humidité reconnue de ce secteur) et l’éloignement de sa famille, il n’est pas toujours aisé de pouvoir enchainer une journée de scolarité ( elle est en seconde) avec un entraînement athlétique de haut niveau.

Pourtant, ses résultats scolaires sont bons et elle confirme ses bonnes dispositions athlétiques en obtenant le week-end du 25 novembre une belle 2ème place à l’occasion du cross organisé par la ville de Nemours. Sur ses « nouvelles terres », elle a portée dignement les couleurs du club et apportée un rayon de soleil parmi toutes les autres concurrentes.

Souhaitons lui une bonne continuation et des retrouvailles proche à l’occasion des fêtes de fin d’année.

Cherchons l’erreur …….: eh oui Charlotte vient du Sud, elle est la seule a courir en collant long.

Tout compte fait, ce sera le Marathon du Beaujolais

Remis de sa désillusion de n’avoir pu participer au marathon de New-York, Félix s’en est allé sur le terroir du Beaujolais. Il nous conte son Marathon du beaujolais nouveau le 17 novembre 2012

La veille de l’épreuve, la pasta party permet de se mettre dans l’ambiance de la course. En beaujolais cette ambiance est carrément délirante, une animatrice a mis le feu et fait chanter et danser toute la salle.

Le départ, situé au village de FLEURIE, comportait une réception en fanfare et les coureurs les mieux déguisés y paradaient déjà. Le départ à 10 h 30 est très festif aussi. Il n’y a pas de placement par niveau et seuls une centaine de coureurs sont distingués en tête. Il ne fait pas chaud (5-6 °) avec de la brume. La course commence par un faux plat descendant sur 2 Km pour se mettre en jambes, ensuite ça remonte et ainsi de suite car le terrain est vallonné.

On traverse de jolis villages qui abritent des crus renommés : Moulin à vent, Chiroubles, Morgon, Brouilly, et les Beaujolais villages : CORCELLES, PIZAY, CERCIE, CHARENTAY, St LAGER, St ETIENNE DES OULLIERES et ARNAS. Les ravitaillements sont situés en général dans les châteaux de ces villages. Non pas sur les parvis mais carrément à l’intérieur et même parfois dans la cave desdits châteaux dans laquelle il faut descendre par des marches, se rafraîchir au milieu des barriques de vin (on nous propose d’ailleurs systématiquement du vin tout au long du parcours, même si je n’ai pas vu de marathonien en boire) et remonter de l’autre côté.

Le soleil se montre après 1h de course et il commence à faire chaud. Tout au long du parcours il y a des orchestres et des gens qui nous encouragent on se sent bien.

Vient enfin la dernière montée de 170 m entre le Km 32 et le Km 36 qui scie les jambes. Bien qu’ensuite ce soit une descente et un faux plat descendant, je n’ai plus assez de jus pour accélérer.

L’arrivée à VILLEFRANCHE sur SAÔNE est curieuse. On passe encore à l’intérieur d’un monument (Marches et virage serré dans un couloir) puis dans le marché couvert avant de terminer devant la Mairie. En guise de médaille on nous remet un « taste-vin » et une bouteille de beaujolais nouveau bien sur !

Le soir les rues de la ville sont noires de monde et j’ai assisté à la mise en perce du fût du beaujolais nouveau par le Maire devant l’hôtel de ville illuminé avec un très beau feu d’artifice.

En résumé c’était un des marathon les plus amusants que j’ai couru jusqu’à présent et qui m’a bien consolé de l’annulation du New York.

Félix

De plus, Félix à son retour nous a offert une soirée « dégustation beaujolais/charcuterie » trés sympathique et chaleureuse. Encore MERCI.

De New-York à ……..Collobrières

Depuis des semaines il se préparait. Il devait participer à cet événement sportif www.point-westernunion.com mondialement connu en compagnie de sa fille et de son fils. New-york était leur destination. Quel beau challenge.

img_0198

Félix à gauche en compagnie de Roland, Frédéric et Patrick.

Et puis voilà, SANDY est passée et Félix a dû renoncer à son projet, à ce moment tant attendu de partage en compagnie des siens. Heureusement, lui, il n’est pas parti alors quitte à courir ce dimanche 4 novembre, il a enfilé ses baskets et a rejoint ses amis du club à Collobrières pour participer à la course de la châtaigne.

Dans l’effort puis le réconfort des siens, un peu de sa désillusion s’est effacée.

Bel esprit que ce Félix.

 

 

NOUVEAU MAILLOT CLUB

Nouvelle saison, nouveau maillot club.

D’après les « anciens », les couleurs de ce nouveau maillot sont proches des couleurs originelles du club. Bientôt vous le verrez sur les différentes courses de la région, en nombre nous l’espérons. Ce début de saison a vu l’arrivée de nombreux nouveaux licenciés, toutes catégories confondues. Est-ce l’effet J.O ? Il faudra attendre quelques semaines pour juger de la persévérance mais d’ores et déjà, l’ambiance est excellente entre tous, et l’amalgame entre « anciens » et « nouveaux » est très bien amorçé.