MARATHON DU FUTUROSCOPE : Ma bataille de Poitiers

 Retour sur la distance   mythique!

Retour sur la distance mythique!

 

Le Poitou c’est le pays des ânes. Mais, dit-on là bas! « Y’ en a plus qui ne passent que ceux qui restent ». On dit aussi qu’on ne fait pas d’un âne un cheval. Pour confirmer je ne ferais que passer à Poitiers, mais toutefois en essayant de cavaler le plus rapidement possible. En tout cas c’est avec le sentiment de la préparation accomplie que je me présente en gare de Toulon pour ma « Bataille de Poitiers ». Gonflé par mes récents podiums lors des trois dernières compets.

3 courses, 3 podiums, 3 couleurs, la confiance puissance trois!!!

3 courses, 3 podiums, 3 couleurs, la confiance puissance trois!!!

 

Un changement à Avignon où la température estivale me suffoque lors d’une attente heureusement courte. Le train prendra le retard nécessaire pour que quelques angoisses me gagnent, rasséréné cependant par mon jeune voisin, poitevin de Lyon, qui m’explique les différents aléas des correspondances. Le retard acceptable de 30’ n’est pas dépassé, et le T.G.V qui arrive de Lille ne nous devance pas, ce qui nous évite même de planter une demi heure à Massy. Et me voici à destination, le petit hôtel Memphis,  choisi en raison de son nom évoquant B.B King, Elvis et Stax. 9 chambres, ce n’est pas le Caesar Palace, mais la quiétude du lieu se prête à ‘’l’anté marathon’’.  Je découvre seulement mon hôtesse le samedi matin lors d’un petit déjeuner copieux, elle meuble ma solitude (nous ne sommes que deux clients et la deuxième n’est pas réveillée), en faisant de la couture, son fils, me dit-elle, prendra les photos de la course pour la mairie. Elle m’offrira une petite pochette pour mouchoirs en papier « hand made ».

Memphis, ville de la Soul, un hôtel, une ame

Memphis, ville de la Soul, un hôtel, une ame

p1200867

Puis direction centre ville par les escaliers monumentaux. Le village marathon est installé dans le parc Blossac . Le moins qu’on puisse dire c’est que Poitiers est une ville calme. Coup de fil de Christian, il rejoint Nantes pour la finale du championnat de France Handy basket, et se trouve à cet instant à proximité du Futuroscope sur une aire d’autoroute. Le dossard en poche (le 113 ), avec mes deux places comprises pour le parc d’attraction, qui me permettrons de rendre heureux une famille avec ma place gratuite supplémentaire. Le Futuroscope, c’est pas mal, mais tout seul c’est un peu frustrant, le partage des sensations manque. Un bon plan, si vous voulez y aller, choisissez cette date, le marathon n’est pas cher et vous disposez de deux places gratuites, plus 50% sur les deux suivantes, prendre un dossard même sans participer, revient  meilleur marché qu’une entrée normale.

Le rituel incontournable du passage au village, il sera dévasté par la tempête

Le rituel incontournable du passage au village, il sera dévasté par la tempête 

p1200858 p1200861 p1200864

J’évite de trop piétiner. A 16h 30, je décide de rentrer. 17 heures, j’attends le bus. Bourrasque, Tempête, pluie tropicale, un vent d’une force inouïe se lève brusquement. Episode météo bref mais qui provoquera l’annulation de « Tout Poitiers court », le 10 km gratuit du samedi soir, et endommagera les installations du 42. L’affaire se calme, et je dine dans un petit bouchon sympa proposant un menu Marathon.

LE 113 EST AU DÉPART!!!

LE 113 EST AU DÉPART!!!

Dimanche matin, lever 5h 30. Collation. J’arrive à 7h sur la place du maréchal Leclerc. Je dépose mon sac, et m’échauffe. J’assiste au départ du semi (2000 coureurs).

Place du Maréchal, me voilà!

Place du Maréchal, me voilà!

 

Puis c’est à nous. Je pénètre dans le sas 3h 15 et seules les élites sont devant moi, dont Kumbi Bechere qui avait remporté notre 21 voici deux ans. Poitiers s’est édifié sur une bute. Difficile donc de concevoir un parcours urbain roulant dans la première partie. Je pars relativement vite mais à un niveau cardiaque très raisonnable. Les sensations sont bizarres sur le premier 10, parfois très bien et à d’autres moments pas top. 45’ 30. Les pulsations se cantonnent sous les 160. Le deuxième 10 constitue la section la plus plate, avec un grand aller retour,  au cour duquel se croisent les concurrents, sous des allées de platanes, je suis bien rentré dans mon allure et ma compet’. Le semi est atteint en 1H 37, toujours vers 160 bpm. Le troisième 10 emprunte pour partie la rive droite du Clain, il présente une succession de faux plats, les positions sont établies, mais certains sont dans le dur. J’accepte un rythme cardiaque plus élevé à l’atteinte du 30 ème, le parcours devient moins agréable, l’approche du Futuroscope se situant dans une zone commerciale identique à toutes les périphéries urbaines. Le profil est toujours ondulé. La chaleur monte. Le dernier cinq sera difficile mais je ne m’écroule pas et j’opte pour des arrêts utiles, il y a des ravito boissons très fréquents, les organisateurs ayant anticipé la température (l’année passée il y avait 35° à l’arrivée). 1h 44 dans la deuxième partie, vraiment pas roulante. Dans les 200 derniers mètres je dépasse un coureur que je pense master 3, on ne sait jamais pour le podium.

Le rève de coupe au Futuroscope, devient réalité

Le rève de coupe au Futuroscope, devient réalité

 

ARRIVÉE. CHAUD. 3h 21 ‘ 25, mission accomplie, en dépit d’un circuit pour le moins compliqué, je réalise mon 3ème meilleur temps. Et surtout ça fait cinq ans que je n’ai pu courir à ce niveau. Mes graves ennuis de santé sont oubliés, j’ai une grosse pensée pour mon père, décédé à l’âge de mon premier podium sur marathon. En effet Michel, en direct sur les résultats m’apprend, alors je me rends à la douche, ma deuxième place. EMOTION. Hèlas ! je ne pourrais rester pour le protocole, mon train est à 17h et j’ai la navette retour à 14h.

Mon père, ce coureur qui ressemblait à Jules Ladoumègue!

Mon père, ce coureur qui ressemblait à Jules Ladoumègue!

Merci à Yannick, j’ai légèrement « revisité » le plan que qui avait si bien fonctionné pour Paris, encore une fois, j’ai le sentiment d’être arrivé au jour J dans la forme désirée. AND I GET SATISFACTION !!!!!

Une de plus! ma huitième sur marathon.

Une de plus! ma huitième sur marathon.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *